Tribunes

Florange Telecom

L'approche radicaliste de l'architecture du Web : l'assembleur

Big Dataxe

Le Big Data individuel

La comptine du cloud

Toute les tribunes

La vidéo du moment
Actualité marchés verticaux

Comment garantir la protection de vos données confidentielles,
Par Bruno Gheude, responsable des ventes et partenariat Printer Dell France

par Stankovic
le 19/08/2014 à 08:08

Réussir dans la nouvelle économie mobile,
Par Mike Boyarski, directeur marketing produit chez Jaspersoft

par AppliGo.biz
le 13/08/2014 à 02:40

Prévoir le retour des produits en cas d'insatisfaction est désormais un avantage concurrentiel pour les e-commerçants

par pixel
le 31/07/2014 à 07:07

La sécurité du Cloud toujours mise en doute

par Jos
le 28/07/2014 à 11:38

« Je suis unique, j’achète unique »,
Par Mike Hadjadj, VP Marketing EMEA, Aurea

par Les Ateliers Corporate
le 11/07/2014 à 09:52

Rechercher
Services
Logo_abonn Job Les derniers communiqués de presse Proposer un communiqué de presse
Fils RSS : Top 10 quotidien

Les contradictions de l'ouverture par Jean-Marie Chauvet

mardi 12 avril 2011

La concomitance de déclarations contradictoires sur les bénéfices de l'ouverture des systèmes d'information et des architectures informatiques aurait de quoi surprendre pour une idée dont la légitimité paraît depuis longtemps établie. Par exemple : alors que la Maison Blanche vient de livrer en Open Source tout le code de IT Dashboard et Techstat Toolkit (sous GPL !), ses outils statistiques et le tableau de bord complet du suivi des investissements informatiques du gouvernement fédéral, la dernière proposition de budget 2011 discutée au Congrès, au contraire, titre brutalement un trait sur l'Electronic Government Fund qui, précisément, soutient le développement des sites Web du gouvernement — notamment le financement des emblématiques Data.gov et USASpending.gov. Les louables ambitions de Code for America, le code source patriotique et libre, une organisation à but non-lucratif mise en place pour « incuber » — comme il est de rigueur dans la doctrine modernisée du capitalisme citoyen — des projets comme Civic Commons, visant au partage de la technologie pour le bien public, comme l'affiche leur slogan, seraient donc sérieusement mises à mal au nom du réalisme financier.


Il est vrai que le soupçon intolérable de l'Intérêt Commercial, épouvantail honni de la communauté, est récemment réapparu à l'occasion de disputes qui font grand bruit dans l'industrie. Dans le monde des télécommunications mobiles, pour commencer, Nokia — qui vient, rappelons-le, de signer un accord avec Microsoft faisant la part belle à Windows 7 au détriment de Symbian, quelques semaines seulement après avoir recruté au poste de CEO Stephen Elop, lui-même ancien patron de la Microsoft Business Division ! — avait annoncé que son système d'exploitation Symbian était maintenant « ouvert ». Tout à fait exagéré, semble-t-il, après examen approfondi de la nouvelle licence Symbian... L'industriel finlandais ne saurait-il plus quoi faire de son OS devenu bien encombrant ? Mais de là à s'en débarrasser sous couvert d'Open Source ?


Poursuivons : l'exemple vient de haut. Confronté au succès planétaire de l'iPhone et de la combinaison hypnotique de iOS et iTunes/AppStore, exemple on ne peut plus réussi du modèle propriétaire, Google vante depuis longtemps l'ouverture de son OS maison, Android. La posture du moteur de recherches, ruisselante de bonnes intentions, est aujourd'hui sérieusement prise à partie dans un récent article de Business Week. Devant le risque (réel) de fragmentation des déclinaisons de son système d'exploitation, des variantes parfois peu compatibles avidement développées par les opérateurs mobiles trop heureux de l'occasion de se précipiter à si bon compte derrière Apple dans des offres me-too, Google aurait sifflé la fin de la récréation en exigeant que l'accès aux prochaines livraisons de sa technologie soit désormais conditionné à la soumission et à l'approbation d'un business plan. (Notons d'ailleurs, que ce qu'on accepte d'Apple, même avec des réticences parfois portées devant des cours de justice, semble en revanche immédiatement inacceptable de Google.) Que nenni ! rétorque Andy Rubin, VP of Engineering, dans un billet irénique sur le blog des développeurs Android.

Les fabricants de terminaux et les opérateurs sont tout à fait libres de décliner la plateforme Android comme ils l'entendent, comme ils ont toujours été depuis l'origine. En revanche, dès qu'il s'agit d'inclure des applications Google, c'est une autre histoire : il s'agit de se conformer à des spécifications de compatibilités édictées par le géant de Mountain View. Et en effet, quelle déception pour le consommateur si les applications Android de Google — et, par métonymie, celles de tous les autres tiers développeurs — ne s'exécutaient pas avec la plus élégante fluidité attendue d'un tel génie du logiciel, quelque soit le terminal ? (Sans compter qu'évidemment Android perdrait rapidement son attrait concurrentiel vis-à-vis d'Apple.) Ces escarmouches du moment, tout comme le procès intenté par Skyhook contre Google à l'automne dernier à propos de manoeuvres commerciales visant à établir la prééminence des services de géolocalisation du géant de Mountain View au détriment de ceux proposés par ses propres partenaires, montrent que Google est ouvert, certes, mais dès qu'il s'agit de monétisation de services — en particulier, aux mobiles — c'est une toute autre histoire...


Si Google éprouve aujourd'hui des difficultés à défendre la posture initialement « ouverte » qu'il avait choisi de prendre sur Android, à mesure que s'hypertrophie l'écosystème de l'OS mobile, Facebook, de son côté, montre brillamment comment utiliser l'ouverture comme arme offensive d'embarras massif.


Facebook vient en effet d'ouvrir publiquement les spécifications de ses datacenters, dans un mouvement grandiose : Open Compute. Avec une (feinte) modestie, la home page explique candidement qu'en réunissant quelques ingénieurs de la maison, le réseau social avait abouti, en quelques mois à peine, à un modèle de datacenter, plus efficace, plus vert et moins cher et qu'il le partageait bien volontiers avec le monde entier. (Ce qui devrait remettre en perspective, me semble-t-il, les envolées lyriques de notre volumineuse littérature administrative sur les économiquement patriotiques Investissements d'Avenir.) L'activité industrielle de Facebook, comme celle de Google, consiste bien sûr à faire tourner des logiciels et des bases de données monumentales — moteur de recherches, pour l'un, réseau social, pour l'autre — et, dans une concurrence de plus en plus exacerbée, à servir des publicités en ligne depuis leurs datacenters bunkerisés à proximité de centrales nucléaires et de grandes rivières.

Google, comme Microsoft, a pris de l'avance en construisant ses propres datacenters mais en prenant soin à la fois de mettre en avant les principes une fois de plus « ouverts » de la conception de ses logiciels — voyez, par exemple, la publication du Google File System —, mais en gardant secrète la conception des mausolées de données que sont ses datacenters et en insistant sur l'effort considérable de recherche et développement consenti pour leur développement. Facebook, challenger (encore) dix fois plus petit aujourd'hui que Google sur ce terrain, réussit à retourner l'argument. Lui qui louait ses datacenters depuis le début, devrait investir massivement pour rattraper ce retard s'il devait reconstruire son infrastructure. Même si son trésor de guerre lui permettait de telles dépenses, Facebook préférerait légitimement les consacrer à des projets lui permettant d'accroître plus rapidement sa mainmise sur le « temps de cerveau » disponible des six cent millions (et toujours plus) d'encéphales qu'il robotise. En ouvrant le design des ses propres datacenters à venir (deux en prévision pour le moment en Oregon et Caroline du Nord, comme tout le monde), Facebook veut faire faire « un grand bond en avant à toute l'industrie » — pas étonnant que Dell, Zynga, RackSpace aient été présents et d'ores et déjà annoncé des partenariats au lancement d'Open Compute — laissant, au passage, sur le bas-côté les « réactionnaires » du modèle propriétaire.


Sans oublier d'embarrasser ses concurrents en montrant que quelques mois de travail d'un petit groupe de ses hackers adolescents ridiculisent sans peine les efforts de recherche prétendument massifs de ses poussifs prédécesseurs !


Ainsi l'Intérêt Commercial, figure mineure de la Realpolitik Économique, l'emporterait parfois sur l'Ouverture. Certes l'abandon de Data.gov aux Etats-Unis porterait un coup à la transparence due au citoyen prônée par le dogme prévalent de l'administration américaine, mais peut-être plus important encore, il priverait cette même administration d'un rare et précieux outil de standardisation et d'interopérabilité des systèmes d'information de ses agences et ministères. Le Data Management Set Manual décrit, par exemple, le détail du processus formel de publication, assurant le respect des objectifs de transparence et de protection des données privées mais également la qualité et la disponibilité des données publiées : modèles de données, standards et protocoles y sont ouvertement explicités. Le site en ligne de publication est un modèle du genre. Toute cette infrastructure de services qui, derrière les feux de la rampe, assure le fonctionnement sans heurts du dispositif représente à l'évidence une grande valeur qui menace d'être laissée ainsi en déshérence. L'ouverture la sauvera peut-être de cette « technoapocalypse » si d'autres s'en inspirent ou la reprennent.

 

Beau sujet de réflexion pour Jérôme Filippini, nommé récemment directeur interministériel des systèmes d'information et de communication de l'Etat au secrétariat général du Gouvernement, et pour Séverin Naudet dans le cadre du portail EtaLab, la réponse française à l'Open Data.

 



Les 10 derniers articles mis en ligne