Tribunes

Florange Telecom

L'approche radicaliste de l'architecture du Web : l'assembleur

Big Dataxe

Le Big Data individuel

La comptine du cloud

Toute les tribunes

La vidéo du moment
Actualité marchés verticaux

Réussir dans la nouvelle économie mobile,
Par Mike Boyarski, directeur marketing produit chez Jaspersoft

par Mike Boyarski
le 25/09/2014 à 04:54

Umanlife et iHealth : Une vision commune de la e-santé et des objets connectés

par Alantaya
le 24/09/2014 à 04:15

Quelle santé pour demain ?

par Philippe Galipon
le 22/09/2014 à 12:59

Et si les Réseaux Sociaux d’Entreprise fonctionnaient un jour ?
Par Valérie Frankiel, Associée, et Julien Lacolomberie, Manager, Keyrus Management

par Philippe Colin
le 16/09/2014 à 11:31

Prévenir le vol de données clients : les 4 recommandations à respecter

par Pascal92
le 05/09/2014 à 10:03

Rechercher
Services
Logo_abonn Job Les derniers communiqués de presse Proposer un communiqué de presse
Fils RSS : Top 10 quotidien

Un trojan qui s'attaque à vos identifiants bancaires

vendredi 20 décembre 2013

L'éditeur de logiciel de sécurité ESET vient d'identifier un cheval de Troie bancaire baptisé "Qadars" et qui s'attaque aux identificants d'accès à nos comptes bancaires. 

Qadars sévit, en effet, en France, aux Pays-Bas, au Canada, en Inde et en Australie. Il utilise différents types d'injections de contenus HTML et/ou Javascript dont certaines intègrent des composants ciblant les smartphones Android. Des injections qui sont apparemment capables de contourner les systèmes d'authentification à deux facteurs des banques en ligne et permettent aux hackers d'avoir accès au compte de l'utilisateur. "Le malware a été observé par ESET lors des six derniers mois et nous pouvons confirmer qu'il est constamment mis à jour" indique Jean-Ian Boutin, chercheur chez ESET Canada. C'est d'ailleurs ce qui le rend si compliqué à éradiquer. 

Sur PC, il a été détecté sous le nom "Win32/Qadars" et insère de la même manière du contenu dans les pages Web consultées par l'utilisateur sous Firefox ou Internet Explorer. Certaines de ces injections sont suffisamment sophistiquées pour effectuer des opérations automatiquement et passer outre les fameux systèmes d'identification des banques, pourtant réputés inviolables. 




Les 10 derniers articles mis en ligne