Tribunes

Florange Telecom

L'approche radicaliste de l'architecture du Web : l'assembleur

Big Dataxe

Le Big Data individuel

La comptine du cloud

Toute les tribunes

La vidéo du moment
Actualité marchés verticaux

La localisation territoriale des données : quelles réalités pour quelles garanties ?

par Gof
le 16/10/2014 à 02:42

L'infrastructure Cloud d’Aruba séduit Business Aptitude

par Business Aptitude
le 16/10/2014 à 08:31

La localisation territoriale des données : quelles réalités pour quelles garanties ?

par jean-luc allard
le 15/10/2014 à 02:09

Et si les Réseaux Sociaux d’Entreprise fonctionnaient un jour ?
Par Valérie Frankiel, Associée, et Julien Lacolomberie, Manager, Keyrus Management

par CALINDA
le 10/10/2014 à 12:02

Marketing : le moment est venu pour les distributeurs d’entrer dans une nouvelle ère !
Par Christophe Kuhner, Responsable du Marketing Produit Generix Collaborative Group

par clever technologies
le 10/10/2014 à 11:32

Rechercher
Services
Logo_abonn Job Les derniers communiqués de presse Proposer un communiqué de presse
Fils RSS : Top 10 quotidien

2012, l’année du « coming out » de la propriété intellectuelle dans la gestion des systèmes d’information
par Tru Dô-Khac, consultant en innovation et gouvernance numérique d’entreprise

mardi 24 janvier 2012

La propriété intellectuelle est un moyen pour protéger l’innovation. Pour les entreprises numériques innovantes,  la propriété intellectuelle pourrait faire son coming-out dans la gestion des systèmes d’information.
 
Il serait temps de montrer plus de sévérité envers les plagiaires ou tout pilleur de propriétés littéraires, que ce soit dans la sphère politique mais également dans les sphères marchandes et privées autres que le cercle familial.
Pour les personnalités politiques se présentant aux suffrages le printemps prochain, il s’agit d’être crédible lors de déclarations de soutien aux entreprises innovantes dont les propriétés intellectuelles sont un gage de développement durable. Pour les entrepreneurs, il s’agit de s’ouvrir un champ assaini pour une innovation numérique renouvelée alliant contenant et contenu, autrement dit technologies d’information et propriétés littéraires et artistiques [1].
 
Innovation numérique

En entreprise numérique, on innove dans les produits et les services, mais également dans les procédés d’entreprise et les modèles d’affaires.
 
L’innovation la plus visible concerne les produits ou les services fournis par l’entreprise et qui s’enrichissent de fonctionnalités numériques. C’est par exemple la voiture connectée qui est munie de services tels que le pilotage automatique et la conduite assistée mais également des services de divertissement en trajet, d’aide à la navigation, de téléphonie et messagerie…
 
Une seconde innovation qui a lieu au sein même de l’entreprise et adresse l’organisation : pour l’entreprise, il s’agit de déployer des systèmes d’information pour l’ensemble de ses fonctions ; initialement mis en œuvre dans la comptabilité ou l’administration du personnel, les systèmes d’information doivent apporter leur valeur dans tous les métiers : la vente, la production, la logistique…
 
Enfin, on peut identifier une troisième innovation qui est en rupture : c’est celui de la création d’entreprises purement numériques telles que les jeunes pousses spécialisées dans le développement d’applications logicielles sur mobile ou de services SaaS sur Cloud Computing.
 
Deux modes de protection de l’innovation

Pour protéger cette innovation, le mode traditionnel est le secret.
 
Ainsi, un procédé permettant de produire mieux et plus vite est soigneusement gardé confidentiel par des clauses entre l’entreprise et ses salariés opérant le procédé. De même, l’étude de la conception d’un logiciel « propriétaire » est bloquée en interdisant contractuellement l’accès au code source. 
 
Or, le numérique pose à l’évidence un défi à une stratégie de secret.
 
Heureusement, des entreprises montrent qu’il existe une alternative à cette stratégie d’enfermement des informations et des données.
Ces entreprises, innovantes, souvent leaders sur leur marché, recourent à la propriété intellectuelle : brevets d’invention, marques, droits d’auteur,…Mais également, certaines ont adopté des usages renouvelés de la propriété intellectuelle : ces usages ont pour nom Open Innovation [2], Open Data, Open savoir-faire [3]…Dans le numérique, un secteur particulièrement innovant est l’écosystème Open source dont les différents modèles d’affaires reposent sur des exploitations particulières du droit d’auteur.
 
Signaux d’intérêt pour la propriété intellectuelle dans la gestion de systèmes d’information

Ces six derniers mois, on peut identifier quelques signaux d’émergence de la  propriété intellectuelle dans la gestion des systèmes d’information :
•          le succès de la troisième édition d’Open World Forum, le salon européen de l’Open source,
•          un cursus de formation certifiant de Responsable Sécurité de Système d’Information (RSSI) incluant une sensibilisation sur les aspects stratégiques et opérationnels de la propriété intellectuelle,
•          deux événements sur la propriété intellectuelle organisés par une association professionnelle d’acheteurs et une autre de consultants,
•          des sites d’entreprise ou professionnels publiés sous Creative Commons ainsi que des ouvrages imprimés,
•          le changement de discours par les tenants de certains référentiels SI [4] qui les qualifient maintenant de produits (Ang : product), reconnaissant ainsi que ces référentiels ne sont, somme toute, que des ouvrages d’auteur publiés sous copyright mais dont la diffusion est le résultat d’une stratégie d’affaires à l’œuvre depuis plusieurs années [5].
 
Audibilité en cette année d’élections

En dépit de ces signaux, il faut bien reconnaître que la propriété intellectuelle reste ignorée dans les éléments de langage des observateurs du numérique. Parmi les études prédictives de ce début d’année et les propositions pour surmonter la crise, rares sont celles qui y fassent allusion.
 
Et sur le terrain, les bonnes pratiques de gestion de systèmes d’information sont également muettes : la formule  intellectual property, au contraire de data privacy, est absente des ouvrages de référentiels SI, jusque dans leurs glossaires pourtant riches de plusieurs centaines d’entrées...
 
2012, année d’élections, est propice pour passer des messages aux décideurs politiques et économiques.
 
Alors, 2012 sera-t-elle l’année du coming-out de la propriété intellectuelle dans la gestion de systèmes d’information, composante essentielle du numérique ?
 
Très bonne année.
 
 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
[1] « Numérique = SI 2.0 + PI 2.0 », Tru Dô-Khac, ITRManager, 16 novembre 2011
[2] « Open Innovation: The new imperative for creating and profiting from technology», Henry Chesbrough, Harvard Business School Press, 2003.
[3] « Les stratégies Open savoir-faire », Tru Dô-Khac, Le Cercle Les Echos, 29 décembre 2011
[4] Désignés également par « Best Practices » ou « langage commun », les ouvrages de référentiels SI sont publiés par des institutions sises outre-atlantique ou outre-manche : une agence d’État, une association professionnelle, une université, une société privée,…
[5] « Négoce de savoir-faire informatique », Tru Dô-Khac, Le Cercle Les Echos, 3 janvier 2012.



Les commentaires

Dans son troisième appel à projets, le lot 10 du programme ISD destiné à éclairer le design organisationnel de l'entreprise numérique adresse le thème "Perspective réglementaires" en faisant émerger la propriété intellectuelle des autres domaines de réglementation..Or toute bonne prospective part de l'existant...

Par Tru Dô-Khac le 10/02/2012 à 10:01

Les 10 derniers articles mis en ligne